ECOUTEZ LA RADIO RAS EN DIRECT DE CONAKRY

Interview : Sangarédi, à la rencontre du président de l’académie « Espoir de Guinée »

Il est indéniable que la Guinée n’a pas encore officiellement une academie de football répondant aux critères internationaux dignes de nom. Mais En dépit de cela, des structures regroupant des jeunes gens passionnés du cuir rond, baptisées académie de football naissent du jour au lendemain tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays.

C’est le cas de l’académie « Espoir de Guinée » basée dans la sous-préfecture de Sangarédi. Ville située au Nord-ouest de la Guinée dans la région et préfecture de Boké. Le président fondateur de cette structure, Haba Pascal a été interrogé par un reporter d’AFRICASPORT.ORG en séjour de travail à Sangarédi dans l’enceinte du stade docteur Hilal Gassim, où ses protégés s’entraînaient aux environs de 9h à 10h ( samedi, 19 octobre 2019). Avec ce jeune promoteur sportif, il a été question pour notre interviweur d’évoquer entre autres : les difficultés qu’il éprouve pour le fonctionnement de son organisation sportive, la mobilisation des fonds pour l’achat des équipements pour cette dernière, mais aussi ses relations avec certains clubs d’élite sur le plan national.

Bonne lecture !

AFRICASPORT.ORG : Monsieur Haba Pascal, présentez nous brièvement votre académie de football.

H. P : Mon académie est située [à Sangarédi] à 400 km de la capitale Conakry. Elle est structurée en quatre catégories. Nous avons l’équipe A dont l’âge varie de 19 ans au-delà, l’équipe B de 16 à 19 ans, l’équipe C de 13 à 14 ans et l’équipe D dont l’âge varie de 9 à 12 ans. L’académie a deux bonnes années d’existence.

AFRICASPORT.ORG : Quelles sont les difficultés auxquelles vous êtes confrontés pour le fonctionnement de cette structure que vous présidez ?

H. P : Mon académie a des difficultés sur le plan équipements, sur le plan accompagnement de la part de la coummune [les autorités de Sangarédi]. Je me bats quand même personnellement pour booster l’académie, mais il n’y a pas de soutien au niveau local. Généralement, le sport est en train de mourir à petit feu à Sangarédi. Puisque l’ASMS [l’association sportive des mineurs de Sangarédi, ligue amateur] qui était dans les temps en Ligue 1, en Ligue 2 joue cette année la montée en deuxième division, qui s’en sort difficilement. Et le sport de main, à savoir : le basketball et volleyball sont en retard. Seulement le Handball se porte bien par le courage des joyeuses qui se battent pour aller représenter Sangarédi sur le plan national.

AFRICASPORT.ORG : Comment vous parvenez à mobiliser les moyens pour le fonctionnement de l’académie Espoir de Guinée, basée à Sangarédi ?

H. P : Je m’en sors difficilement. Je me planifie dans mon salaire. (…) je fais des tontines que j’organise. Chaque fois que je fais une prise, j’enlève 5 000 000 GNF (cinq millions francs guinéens, ndlr) j’injecte dans l’académie. C’est avec ça, je paie les bas, les maillots, je fais la décoration (…).

AFRICASPORT.ORG : Est-ce que votre académie est enregistrée auprès des instances de football guinéen, notamment la direction technique nationale (DTN) ?

H. P : Oui ! Mon académie est enregistrée au niveau de la DTN. Puisqu’à chaque fois qu’il y’a des détections, on me fait appel. Le 8 décembre passé [2018] Chérif Souleymane Camara [Directeur Technique national] était là [pour une détection] il a retenu 33 enfants ici. Dans mon académie, il y’avait 18 enfants que j’avais accompagnés (…).

AFRICASPORT.ORG : Quelles sont vos relations avec les clubs d’élite sur le plan national ?

H. P : J’ai deux joueurs qui jouent dans l’ASMS (Association sportive des mineurs de Sangarédi, ligue amateur, ndlr) dont je suis en train de finaliser les papiers. J’ai des très bonnes relations aussi avec Wakriya AC [Ligue1 Guinée].

AFRICASPORT.ORG: Est-ce que vous êtes prêt à céder des actions dans l’académie, s’il y’a un preneur ?

H. P : Oui ! Tout se passe à travers les clauses de contrat. Il n’y a pas de problème.

AFRICASPORT.ORG : Votre appel aux bonnes volontés pour vous accompagner dans cet ambitieux projet sportif.

H. P : Je veux du soutien. Je veux un bailleur de fonds. Je veux des actionnaires qui peuvent venir m’accompagner à structurer, à encadrer les enfants. Je veux ma propre infrastructure, le stade, le logement pour les joueurs.

Photos des joueurs trouvés à l’entraînement lors de notre interview

Interview réalisée par Hamidou BANGOURA – KIBOLA pour AFRICASPORT.ORG

Tels : (+224) 628 95 94 04 // 664 45 73 53

Abonnez-vous à notre newsletter
Rejoignez les 150 305 autres abonnés Saisissez ici votre e-mail
Vous pouvez vous désabonner à tout moment

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy