ÉDITO

Comité de soutien au Syli national : de quel soutien parle-t-on ? À qui profite l’argent collecté ? Questionnons le passé…

À chaque fois que le Syli national est qualifié à une phase finale de la coupe d’Afrique des nations, un comité local dit de soutien à l’équipe se met en place pour une campagne de collecte de fonds. L’initiative en soi n’est nullement pas mauvaise. Sauf que, malheureusement durant toutes ces années de participation du Syli national à la CAN ou presque, l’argent collecté par cet évènementiel comité de soutien n’aurait servi qu’à autre fin qu’on ne saurait décrire. Ce, en lieu et place du vrai soutien qu’on ne cesse de vendre sans recette constatable moins encore comptable. Du moins jusqu’à date !

Le même comité dit de soutien vient de se mettre en branle en Guinée pour la 33e CAN que le Cameroun abritera du 09 Janvier au 06 Février 2022, avec la participation de la Guinée. Ses composantes étaient reçues mardi 21 décembre 2021 par le géant président de la transition guinéenne Mamadi Doumbouya au palais Mohamed V, qui a publiquement demandé au micro de la télévision nationale aux entités de recevoir le fameux comité et de lui apporter leur soutien.

L’on se souvient, comme si c’était hier. Lors de la précédente coupe d’Afrique des nations en Égypte (2019), selon plusieurs sources anonymes mais très crédibles, le comité dit de soutien d’alors au Syli national, avait réussi à mobiliser plus de 7 milliards de francs guinéens. Cet argent, peut-être ceux qui l’on reçu des mains des bienfaiteurs, savent ce qu’ils en ont fait. En tout cas, visiblement, rien n’aura été investi en matière d’entretien de notre Syli national aux pattes d’agiles.

C’est l’État avec le gouvernement d’alors qui avait pris tout en charge et comme cela est de son devoir, pour que l’équipe dirigée à cette période là par le belge Paul Put, puisse se préparer dans les meilleures conditions possibles. Notamment, il a rendu disponible à temps les billets d’avion pour les joueurs et staff technique, les primes de convocation, a payé les primes des matches amicaux qui ne devaient l’être, a acheté des médicaments à plus de 30 mille euros y compris les primes de la participation à la CAN. Même si, faut-il le dire, celle-ci avait été honteuse pour la Guinée qui avait hélas fini en huitièmes de finale avec une fessée de trois buts à zéro infligée au capitaine Naby keita et compagnie par l’Algérie qui finira championne de l’édition.

Outre, l’État avait pris en charge les frais de déplacements, de logements et de la nourriture des supporters y compris des cadres du ministère des sports ayant accompagné notre Syli national dont la prestation est souvent interdite aux cardiaques pour leur éviter une morte subite.

Alors, connaissant la persistance régulière de ce mal, de ce qu’on peut qualifier de malice silencieuse de ces opportunistes, nous ne sommes-t-il pas en droit de nous poser la question de savoir de quel soutien parle-t-on ? Et à qui profite l’argent collecté ?

Ne dit-on pas que les habitudes sont toujours résistantes, difficile à tuer ?

À chacun son commentaire et d’y jeter l’œil !

Édito de l’équipe d’Africasport.org

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page