GUINEE

Crise dans le milieu sportif guinéen :  » ces cacophonies sont soutenues quelque part, sinon… »

Depuis des mois les fédérations guinéennes de basketball et celle de Volleyball connaissent un bicéphalisme en leur sein. Chacune d’elle dispose deux bureaux exécutifs qui se réclament avoir été élus. Une situation qui a fait prendre le ministère des sports des décisions, dit-on, qui s’imposent.

Il s’agit au niveau du basketball la fermeture du palais des sports qui sert d’habitude à l’organisation des compétitions locales de la FGBB. Ce, après l’annonce faite par les deux parties de l’organisation de leur championnat.

Quant au volleyball, c’est au cours du mois de décembre dernier que le directeur national des sports a pris la décision d’interdire la pratique de la discipline sur toute l’étendue du territoire national jusqu’à nouvel ordre avec motif l’incompréhension des acteurs. Une décision dont l’officialisation trouvait déjà en cours le championnat de volleyball en salle organisé par le camp de Kobolé Keita à Kindia. Conséquence, la compétition a été interrompue.

Face à ces crises en continu dans le milieu sportif guinéen, le président du comité olympique et sportif qui dit reconnaitre une seule fédération par discipline, estime que cette situation qui n’arrange pas les athlètes, est soutenue quelque part, visiblement au haut lieu.

Elhadj Ben Daouda Nansoko l’a dit lors de sa conférence de presse pour faire lumières sur sa gestion à mi-parcours à la tête du CNO Guinée. C’était le dernier vendredi de l’année 2022 au siège du comité national.

Elhadj ben Daouda Nansoko, président du comité national olympique et sportif guinéen

« Ces cacophonies sont soutenues quelque part, sinon ça n’a sa place. Les fédérations là sont reconnues par leurs fédérations internationales et elles participent aux activités de leurs fédérations internationales. Il n’y a qu’une seule fédération et une seule pour une discipline donnée. ça selon le CIO (comité olympique internationale). Quand un groupe de personnes se réclame fédération de rire, un autre groupe de la fédération de pleure, c’est la plus grande bétise dans le sport. C’est ridicule. Le volleyball, la fédération est là, la même chose pour le basketball« .

Hamidou Bangoura

Passionné par le métier de l'information sportive. Tel (+224) 628 95 94 04

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page