AutreAUTRES

Oeil du journaliste : le sport dans son intégralité risque de disparaître à Labé (Guinée)

Les tournois qui étaient autrefois prisés par les populations de la cité de karamoko alpha mo Labé ne sont plus organisés depuis près de 4 ans maintenant. Ces Compétitions étaient entre autre les tournois scolaires en football, inter quartiers, ou encore inter sous-préfectures, ces différentes animations sportives sont aujourd’hui enterrées ou presque.

Pour ce qui est du tournoi scolaire, il était l’une des compétitions phares de la ville qui a permis aux équipes de Fello Star (Ligue1), des espoirs de Labé ou encore du Kolima AC de détecter beaucoup de jeunes talents pour les intégrer dans ces équipes respectives. Certains pensent que l’interruption de cet évènement sportif est due à la récurrence des grèves en répétition en Guinée depuis quelques années. Çela pourrait toutefois être une raison. D’autres estiment cependant que c’est un manque de moyens qui empêche les autorités éducatives de pouvoir organiser le tournoi scolaire.

Mais, tenez-vous bien ! Le ministère de l’éducation nationale a instauré une politique pour faire vivre ce tournoi tant convoité par les élèves notamment puisque le sport fait partie du programme d’enseignement.

L’association des parents d’élèves et amis de l’école est sommé de faire payer chaque année cinq cent francs guinéens par élève. Ce montant permet aux Directions préfectorales et aux inspections régionales de l’éducation d’organiser et de mettre en valeur cette compétition. Cet argent est divisé comme suit : deux cent francs guinéen pour la DPE et trois cent francs pour L’IRE. Ce budget normalement est destiné pour faire face aux préparatifs du tournoi et la mise en place des équipes scolaires. Sauf que, regrettons le, personne ou le public externe ne sait quelle est la destination qu’a prise cet argent mobilisé dans les différentes écoles. Qui est responsable donc ? La Direction préfectorale de l’éducation ou bien ce sont les direction des écoles ? La question reste en suspens.

Selon un des responsables du sport à la DPE (Direction Préfectorale de l’Éducation) de Labé, qu’on préfère taire le nom, pense qu’il y a détournement quelque part puisque pour lui, le recouvrement se fait dans certaines écoles. Le montant arrive-t-il à destination ou pas ? Il se pose la question ?

Si nous ne parvenons pas à organiser la compétition depuis 4 ans désormais, alors cet argent mobilisé pourrait servir tout de même à autre chose insiste ce responsable. Je suggère qu’on investit cet argent récolté dans les infrastructures au niveau des écoles. Cela pourrait nous permettre, nous, encadreurs de sport d’avoir des équipes de basket, de volley ou de handball au niveau des établissements scolaires.

Depuis plus d’une quinzaine d’année la cité de karomoko alpha n’a pas participé à une compétition sur le plan national en ce qui concerne le basket, le volley, le handball et même le karaté

Cela s’explique par le manque de compétition et surtout aussi le manque criard d’infrastructure sportive a tous les niveaux. Seul le football continue à vivoter tant bien que mal aujourd’hui a Labé, par la force des personnes de bonne volonté parce que les académies informelles existent. Les espoirs de Labé se débrouillent en national, pendant ce temps le Fello star (1ère division) ne joue plus ces matchs au stade Elhadji saifoulaye Diallo.

Pour faire sortir Labé de l’ornière, il est important de revenir à l’école. On ne peut relever ce défi que dans la conjugaison des efforts en aidant les jeunes qui rêvent d’embrasser une carrière de sportif. Constituer des équipes de sports dans les écoles, cela passe forcément par la réalisation des aires de jeu dans les établissements scolaires. Si tel n’est pas le cas, Labé continuera toujours à signer forfait dans les différentes compétitions nationales, et enfin le sport sera mort pour de bon a dit notre interlocuteur sous anonymat.

Labé, Alseny Baldé pour africasport.org

Hamidou Bangoura

Passionné par le métier de l'information sportive. Tel (+224) 628 95 94 04

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page