ÉDITO

Syli gâte : Antonio Souaré, Paul Put et Amadou Diaby, c’est qui finalement le fautif et/ou le perdant ?

C'est un dossier qui remonte de la CAN 2019 en Egypte…

On s’est tous réveillé ce mercredi matin, 25 Janvier 2023 avec l’information selon laquelle la Guinée est sommée par la FIFA de payer 300 mille euros soit 3 milliards de francs guinéens à l’ancien sélectionneur du Syli national, Paul Put. Faute de quoi dans un délai de 60 jours, les équipes nationales du pays pourraient être retirées des compétitions officielles de la CAF et de la FIFA.

C’est une information révélée par les chroniqueurs des grandes gueules sur Hadafo Médias. Nos confrères ont même fait réagir sur ce sujet brulant successivement au téléphone l’ancien premier vice-président de la FEGUIFOOT Amadou Diaby et l’actuel ministre des sports Lansana Bea Diallo qui ont tous confirmé ce coup de scoop.

C’est donc clairement établi aujourd’hui que Paul Put qui avait saisi le tribunal arbitral du sport pour rupture de son contrat en cours de validité en 2019 par le président d’alors de la fédération guinéenne de football Antonio Souaré, a gagné contre la Guinée au TAS. La preuve est que c’est la FIFA qui oblige la Guinée, selon le ministre des sports, à payer 300 mille euros au technicien belge dans 60 jours.

Ensuite, dans le même dossier Syli gâte qui remonte, souvenez-vous, de l’élimination de la Guinée à la CAN 2019 en Egypte avec cette histoire de rackette qui a explosé au sein de l’environnement du Syli national, avec pour principal accusé Amadou Diaby qui avait par la suite écopé plusieurs sanctions de la part de la commission d’Ethique de la FGF, a été blanchi par la juridiction basée à Lausanne. Le dirigeant Diaby avait décidé d’assigner la fédération guinéenne de football au TAS, pour dit-il : « laver son honneur ». Lui également est sorti vainqueur dans ce procès sportif. La Guinée a été soumise au paiement d’important montant d’argent en sa faveur, dont une partie lui a été versé et selon lui ce matin dans les GG il n’a plus besoin du reste de cet argent qu’il préfère qu’on oriente au développement du football guinéen.

De son côté, Antonio Souaré qui a travers la fédération guinéenne de football qu’il dirigeait étant président, qui a défendu notre faitière nationale au tribunal arbitral du sport, a officiellement donc perdu les deux procès au TAS, dont les vainqueurs sont Paul Put et Amadou Diaby.

Au regard de tout ce qui précède l’on en droit à date de s’interroger sur celui qui a été fautif dans ce dossier de Syli gâte qu’on schématise dans une trilogie suivante : Antonio Souaré président d’alors de la FGF, Amadou Diaby (vice-président FGF) et Paul Put (ex. sélectionneur du Syli) ? C’est qui le fautif finalement à votre avis ?

A chacun son commentaire…

Hamidou Bangoura

Passionné par le métier de l'information sportive. Tel (+224) 628 95 94 04

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page